Olivier Piedfort Marin

Psychologue, spécialisé en psychothérapie FSP/fédéral

Contact
+41 (0)21 311 96 71
info@olivier-piedfort.ch

Cabinet
Avenue de Montchoisi 21
1006 Lausanne
Suisse

 

Champ de compétences

Mon champ de compétence principal est la psychotraumatologie, c'est-à-dire les troubles ayant pour origine (ou origine partielle) des événements traumatiques ou des événements adverses. Ces événements ont pu avoir lieu dans l'enfance - parfois dans les premiers mois de vie - ou à l'adolescence , ou encore à l'âge adulte. Il peut s'agir d'un événement unique ou d'événements répétés sur plusieurs années: violence physique, violence "éducative", violence sexuelle, mais aussi négligence, maltraitante, instabilité familiale ou sociale, harcèlement scolaire, accident, traitement médical invasif. Certains troubles se développent directement après de tels événements alors que parfois le trouble se développe des années plus tard sans que l'on fasse habituellement un lien direct entre les événements et les troubles.

Les troubles psychiques associés à des événements adverses ou traumatiques sont très divers et dépassent largement le trouble de stress post-traumatique. C'est la raison pour laquelle je suis ouvert au traitement de troubles divers:

  • Trouble de stress post-traumatique
  • Trouble de stress post-traumatique complexe
  • Troubles en lien avec des événements traumatiques, en particulier pendant l’enfance
  • Troubles dissociatifs
  • Troubles anxieux : trouble panique, agoraphobie, phobie sociale, etc.
  • Trouble de l’humeur : dépression, trouble bipolaire
  • Troubles alimentaires : anorexie, boulimie, hyperphagie, obésité
  • Abus d’alcool et de substances, dépendances
  • Troubles sexuels
  • Difficultés en lien avec l’orientation sexuelle
  • Difficultés relationnelles

Consilium et clarification diagnostique en cas de suspicion de troubles dissociatifs

Je réalise volontiers des entretiens structurés à l'aide du SCID-D, outil diagnostique reconnu au niveau international pour diagnostiquer les troubles dissociatifs. Cela peut aider les patients et les professionnels pour clarifier les besoins de soins spécifiques ou dans le cadre d'un rapport auprès des assurances.


Mon approche thérapeutique est intégrative.

Une seule méthode suffit rarement. Ma formation de base est la psychothérapie cognitive-comportementale. J'ai aussi été formé à l'hypnose, l'EMDR, la Psychothérapie Psychodynamique Imaginative des Traumatismes (selon prof. Luise Reddemann), la théorie de la dissociation structurelle de la personnalité (Ellert Nijenhuis PhD). Enfin j'ai fait presque 10 ans de supervision avec une collègue psychanalyste dans le domaine de la psychotraumatologie.

L'intégration de différentes méthodes ou techniques est nécessaire pour aider au mieux les patients qui souffrent de troubles d'origine traumatique. L’objectif n’est pas de faire un peu de tout mais d’avoir le plus d’outils psychothérapeutiques à disposition, assemblés et reliés dans un tout cohérent ajusté à chaque patient, pour favoriser l’amélioration la plus rapide et efficace possible des patients


 

Premier entretien

Certaines personnes viennent au premier entretien en ayant bien en tête la nature de leurs difficultés et une demande claire. D’autres ne savent pas trop comment exprimer leur mal-être ou ne savent pas tellement par où commencer : ce n’est pas grave, les premiers entretiens vous aideront à mettre des mots sur vos difficultés et à clarifier votre demande. Si vous vous êtes décidé à prendre rendez-vous, c’est que vous avez déjà une bonne prise de conscience de vous-même.

Pour vous aider à vous préparer à votre premier entretien, je vous conseille la fiche réalisée par la Fédération Suisse des Psychologues (FSP) qui donne de très bons conseils à ce sujet :

Voir le lien

 

Diagnostic - Comprendre vos difficultés

Cela peut prendre une à plusieurs séances pour avoir une compréhension de vos difficultés suffisamment bonne pour vous aiguiller dans la suite de vos démarches. Bien sûr, dans la suite de la thérapie, nous aurons l’occasion d’affiner cette compréhension. Dans un premier temps, cela permet de poser un diagnostic, ce qui facilite le choix du traitement le plus adéquat.

 

Fréquence

Une thérapie doit être aussi courte que possible et aussi longue que nécessaire.

La fréquence des séances dépend de l’intensité des difficultés, de l’urgence à vouloir aller mieux, mais aussi de contingences financières et pratiques (horaires de travail). Je vous dis ce qui convient dans l’idéal et vous décidez de ce qui est possible. En règle général, il est conseillé une séance hebdomadaire, en tout cas au début de la thérapie. Mais parfois une séance toutes les deux semaines est tout à fait correct. On peut aussi commencer par une séance par semaine et réduire la fréquence quand les symptômes reculent.

Vous pouvez arrêter la thérapie quand vous voulez. Je ne fais pas de contrats de 3 ou 6 mois. Ceci-dit, je vous donne toutes les informations dont vous avez besoin pour que vous puissiez prendre la décision que vous considérerez la meilleure pour vous.